Color Addict

 

 

 

Rouge c’est rouge, mais c’est aussi Vert, et bien entendu, Vert est Bleu, mais ce dernier est Rouge… 

 

 

 

 

Règles du jeu :

Le jeu de carte est réparti entre les différents joueurs, le but étant de se débarrasser intégralement de sa pioche le premier. Sur chaque carte figure le nom d’une couleur (parmi elles on retrouve : noir, bleu, rouge, orange, rouge, brun, mauve, jaune…), mais cette couleur peut être écrite… d’une couleur différente !
Pour pouvoir poser une carte, il faut se fier soit au mot, soit à la couleur de l’encre. Ainsi, par exemple, lorsqu’il y a une carte avec le mot « rouge » écrit en « bleu » au centre de la table, on peut poser au dessus : une carte sur laquelle figure le mot « rouge », une écrite en « rouge », une où figure le mot « bleu » ou une écrite en « bleu ».
Il existe aussi une carte joker, multicolore, pouvant être posée à n’importe quel moment.
Plusieurs modes de jeux sont possibles : on peut jouer simplement à tour de rôle, ou en « rafale », le premier qui peut poser une carte la pose !

Intérêts psychomoteurs : 

Le jeu « color addict » fait principalement appel aux capacités d’Attention, de Concentration et de Flexibilité cognitive, en demandant aux participants de pouvoir « lire » mais aussi d’inhiber la lecture pour repérer la couleur des mots. Avec les plus jeunes ayant des difficultés praxiques, le simple fait que ce soit un jeu de carte permet de travailler la dextérité manuelle (il n’est pas simple que ça de tenir toutes ses cartes en main sans les faire tomber !). Color Addict fait aussi appel à la rapidité (lorsqu’il faut poser une carte le plus vite possible en mode « rafale »), et permet d’apprendre à gérer son impulsivité (ne pas poser une carte erronée). De façon plus indirecte, ce jeu permet à l’enfant de gagner confiance en lui : au delà des compétences nécessaires pour trouver la bonne carte à poser, c’est aussi un jeu de hasard car tout le monde ne possède pas les mêmes chances de gagner selon ce qu’il pioche… L’enfant peut alors très rapidement gagner sans avoir l’impression que l’adulte se freine pour que ce soit possible !

  • Attention
  • Concentration
  • Confiance en soi
  • Dextérité manuelle
  • Flexibilité cognitive
  • Impulsivité
  • Inhibition
  • Rapidité

Points négatifs :

Il est indiqué que ce jeu est accessible dès 7 ans mais il dépend surtout du niveau de lecture de l’enfant… Il est alors indispensable que la lecture soit fluide afin que l’enfant prenne du plaisir en jouant !

L’avis d’Elodie L., Psychomotricienne en cabinet libéral : 

Comme son nom l’indique, ce jeu rend complètement « addict » !! Mes patients en raffolent, moi aussi, je crois d’ailleurs l’avoir offert à tous les membres de ma famille en âge d’y jouer…
C’est un jeu qui peut facilement se jouer en famille, être transporté dans une valise de part sa petite taille et les parties sont très rapides… Je vous le conseille vivement !
Je ne regrette qu’une seule chose : je n’ai plus personne à qui l’offrir !

La suite de cet article est disponible aux adhérents de l'Association...

 

Éditeur : France Cartes

Âge : 7 ans et +

Nombre de joueurs : 2 joueurs et +

Durée du jeu : 10 minutes

 

2 Commentaires

  1. N’est ce pas gênant d’entraîner les enfant a un exercice présent dans une évaluation standardisée et côté ? ! Dommage car ce jeu a l’air top.

    • Bonjour,
      J’ai ce jeu dans mon cabinet. Il est très sympa et plaît beaucoup.
      Votre question est tout à fait pertinente et légitime ☺️
      En fait, bien que connaissant le test évoqué, je ne me l’étais pas posée, car le support (certes, il s’agit de mots et de couleurs, mais ici il y a un mot d’une certaine couleur sur une carte à jouer) , les consignes et les objectifs sont différents.
      Il s’agit davantage d’association que d’inhibition : on doit associer (dès qu’on trouve un point commun, on agit, et il n’y a pas de piège, donc effectivement il faut pouvoir faire abstraction du critère qui ne correspond pas, mais il faut surtout chercher celui qui correspond) couleur/couleur, mot/mot ou couleur/mot. Dans ce dernier cas, j’explique que l’on « renforce les connexions inter hémisphérique » (couleur :hémisphère droit, lecture :hémisphère gauche) et les capacités de partage de l’attention (mêmes circuits neuronaux que ceux auxquels on fait appel face à une consigne comme « entoure en vert les sujets et souligne en rouge les verbes »).

      Ainsi, à mon sens, on ne peut pas assimiler ce jeu (et c’est vrai aussi pour énormément d’autres jeux et activités faisant appel à des compétences évaluées par des tests standardisés, mais dont il serait difficile de se passer) à un entraînement au Stroop.

Répondre à Marie-Diane Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*