Boucles en couleurs

Matériel nécessaire : 

  • Une feuille blanche
  • Un crayon de papier
  • Feutres de couleur
  • Crayons de couleur

Etape n°1 : Tracer les boucles

Tout d’abord, il faut tracer des boucles sur toute la feuille à l’aide d’un crayon de papier, afin de réaliser le « canevas » sur lequel nous pourrons aposer différentes couleurs par la suite.

Les boucles doivent prendre toute la feuille et être entrelacées. Vous avez un exemple de réalisation dans la vidéo tout en bas de cet article.

Etape n°2 : Repasser sur chaque segment

Ensuite, nous proposons à l’enfant de repasser sur chaque segment à l’aide d’un feutre de couleur.

Le fait de faire changer l’enfant régulièrement de feutre (pour chaque segment) permet de l’accompagner vers une automatisation de la prise de l’outil. Afin de faciliter cette tâche et de nous concentrer sur cette automatisation, tous les feutres sont « ouverts » et placés près de la feuille.

Etape n°3 : Colorier

Lorsque tous les segments sont reproduits et après avoir gommé les quelques traits de crayon qui pourraient dépasser, nous proposons à l’enfant de colorier l’intérieur de chacune des surfaces représentées.

Pour cette étape, le but est de faire travailler l’enfant sur le mouvement de translation du bras. Ainsi, il lui est proposé de colorier en ne réalisant QUE ce mouvement de translation et en bougeant les doigts le moins possible.

 

Intérêts psychomoteurs :

Cette activité présente divers atouts. Elle permet principalement de travailler certains prérequis au graphisme en sollicitant notamment la motricité fine, la dextérité manuelle mais également les coordinations occulo-manuelles par le fait de maîtriser l’outil, repasser précisément sur les traits et avoir des gestes fins et précis.
Ici, on recherche principalement l’automatisation de la prise du crayon, puis à acquérir un mouvement de translation de l’avant-bras fluide. Ces deux points sont essentiels dans l’apprentissage de l’écriture.
L’accompagnement du professionnel permet aussi un travail autour de la
posture et de la régulation tonique de façon plus générale.
Il est également possible de demander à l’enfant de colorier chaque partie en utilisant une couleur différente de celles utilisées pour les contours. C’est une consigne supplémentaire demandant des capacités d’observation, mais également d’être attentif et concentré sur la tâche.
Parallèlement à tout cela, le fait de réussir cette « oeuvre » permet de restaurer la confiance des enfants qui auraient une appréhension face au graphisme.

  • Attention
  • Concentration
  • Confiance en soi
  • Coordinations oculo-manuelles
  • Dextérité manuelle
  • Graphisme
  • Motricité fine
  • Posture
  • Tonus

L’avis d’Elodie psychomotricienne en cabinet libéral :

Dans ma pratique, j’ai souvent été confrontée à des enfants qui étaient « capables » de tenir leur crayon de façon idéale (prise tridigitale) et efficace, sans pour autant qu’ils ne saisissent les outils de cette manière en première intention. Il était alors nécessaire de pouvoir trouver et proposer une activité ludique permettant d’automatiser cela. L’idée première de ces « boucles en couleurs » vient de là.

Face aux difficultés rencontrées de façon récurrente quant au mouvement de translation de l’avant-bras, il m’a semblé judicieux de pouvoir poursuivre par un « coloriage dirigé et accompagné » permettant d’éprouver ce mouvement, de le ressentir, de l’exercer, avant de pouvoir le généraliser dans des activités plus complexes d’écriture.

Cette activité est particulièrement appréciée des enfants à qui il m’est arrivé de la proposer. Lorsque je leur montre « ce qu’on va faire » et le « résultat final attendu », ils s’en sentent souvent incapables… mais très vite, le dessin progressant, ils gagnent fortement en estime d’eux-même en réalisant que leur oeuvre ressemble beaucoup à ce qui leur avait été présenté. Ils se disent alors « oui, je peux y arriver ! ». Concernant l’automatisation de la tenue du crayon (lorsque l’enfant est capable de tenir son stylo de façon idéale mais n’a pas le réflexe de le faire) il n’a pas été rare de la voir se mettre en place au sein d’une seule et même séance ! Le mouvement de translation de l’avant-bras met cependant un peu plus de temps, mais cette activité reste néanmoins une bonne approche.

Qui plus est, bien que cela ne faisait pas partie des mes premiers objectifs, de nombreux parents m’ont « avoué » avoir réalisé à leur tour ce dessin à la maison et m’ont fait part de l’aspect « relaxant » de cette activité… 

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*